Toulouse Business School ouvre son capital

Grâce au nouveau statut d’établissement d’enseignement supérieur consulaire (EESC) qui sera adopté mi-décembre, l’école de commerce Toulouse Business School pourra ouvrir son capital à des actionnaires privés.

Pourquoi la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) ouvre-t-elle le capital de Toulouse Business School ?

François Bonvalet:

Toulouse Business School est actuellement une école consulaire, comme la plupart des grandes écoles de commerce (HEC, ESCP, Reims, Rouen…). L’école est née de la volonté d’industriels et de commerçants de former leurs futurs repreneurs, souvent issus de leur propre famille. Nous nous sommes tournés vers l’international dans les années 80 tout en demeurant dans une logique d’école consulaire. La recherche n’avait pas lieu d’être au sein de l’établissement.

Quels sont les changements à attendre du statut d’établissement d’enseignement supérieur consulaire (EESC)?

La CCI a deux possibilités : vendre des parts qu’elle possède ou procéder à une augmentation de capital. On se dirige vers une ouverture du capital pour Toulouse Business School. Pour autant, des garde-fous existent. La chambre consulaire doit demeurer majoritaire tandis que les nouveaux actionnaires ne pourront pas dépasser un tiers du capital de l’école. Enfin, toute distribution de dividendes est interdite.
francois-bonvalet-tbs

À quoi serviront les fonds issus de l’augmentation de capital ?

L’augmentation de capital permettra d’absorber de nouvelles dépenses de fonctionnement. À commencer par le développement de notre pôle académique. Cette année, nous avons d’ailleurs procédé à 14 recrutements, dont 12 créations de postes. Dans l’univers des grandes écoles de commerce, c’est la guerre des salaires. Nous sommes en concurrence avec des écoles à l’international mais aussi en France avec l’EDHEC (Lille), Grenoble ou Audencia (Nantes). Récemment embauché à la London Business School, le recrutement d’un professeur étranger nous a échappé de peu.

L’augmentation de capital doit aussi nous permettre de renforcer nos implantations à l’international. Nous sommes déjà présents à Barcelone, Casablanca et Londres. Sur les quelque 5 000 étudiants que compte l’école, l’objectif est d’atteindre 30% d’internationaux. Nous souhaitons aussi renforcer notre système de bourse d’excellence en réduisant encore le coût de la scolarité pour ceux qui en ont le plus besoin. Cet apport en capital doit enfin nous permettre d’investir dans l’outillage pédagogique et la digitalisation.

Quid du déménagement de ?

Actuellement située dans le quartier Compans-Caffarelli, l’école est à l’étroit dans ses murs. Nous sommes bien installés mais les locaux de TBS sont trop éparpillés. La question de notre implantation se pose toujours. Pour le moment, l’hypothèse d’un déménagement sur l’ancien terrain du CEAT, à Jolimont, est en stand by pour des raisons budgétaires. De toute façon, quel que soit le scénario retenu, nous devrons répondre à cette problématique des locaux dans un délai relativement court.

Source: http://actu.cotetoulouse.fr/toulouse-business-school-ouvre-capital-demenagement_50598/

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire